Pour certains enfants de familles recomposées, Noël tourne au cauchemar. Ils sont obligés d'aller dans une belle famille qu'ils ne connaissent pas, ils ont peur, cela leur demande des efforts et la fête perd tout son côté merveilleux. Alors, pour essayer de les rendre quand même heureux, les parents font une surenchère de cadeaux.

Attention, les cadeaux les plus chers ne peuvent compenser le manque de gratuité et d'émerveillement indispensables à Noël. Ils sont souvent le signe d'un malaise et d'ailleurs, les enfants ne sont pas dupes.

Alors, comment faire ? Le plus souvent, les enfants sont le jour de Noël avec un seul de leurs parents et le danger est que, pour l'autre, il ne reste plus que les cadeaux.

C'est pourquoi il est important que le père ou la mère qui fête Noël avec ses enfants en dehors du 25 décembre recrée un rite, avec des décorations, des lumières, un repas, peut-être une célébration à l'église ou un conte, une prière à la maison... et aussi les cadeaux. Mais pas seulement les cadeaux.

Et si jamais notre ex-conjoint tente une surenchère dans ce domaine, n'entrons pas dans son jeu. Proposons plutôt autre chose : par exemple, une soirée ciné-pizza, partir un week-end ensemble, etc.

Par Emmanuelle Dalyac, P. Benoît Gschwind
et P. Xavier de Chalendar